24 Heures : Porsche s'impose encore

18 juin 2017
Par Emilien Borderie
Les 85e 24 Heures du Mans ont été remportées, ce dimanche 18 juin, par Porsche : la 919 Hybrid n°2, pilotée par Timo Bernhard, Earl Bamber et Brendon Hartley s’est imposée. La firme allemande s’octroie ainsi une 19e victoire sur le circuit sarthois.

Alors qu’on les attendait aux avant-postes, les Toyota TS050 Hybrid ont accumulé les coups du sort à partir du milieu de la nuit : en tête de l’épreuve depuis le début, la Toyota n°7 de Mike Conway, Kamui Kobayashi et Stéphane Sarrazin, puis la n°9, de Nicolas Lapierre, Yuji Kunimoto et José Maria Lopez, ont été contraintes à l’abandon avant la mi-course. Problème technique sur la première et accrochage avec un autre concurrent pour la seconde.

Toyota périclite, Porsche ressuscite

Les déboires de Toyota ont fait le jeu de Porsche : la n°1, emmenée par Neel Jani, André Loterrer et Nick Tandy, a imposé son rythme dès la 9e heure de course. Mais, alors qu’elle semblait en route vers la victoire, elle s’est immobilisée dans la ligne droite des Hunaudières à 3h50 de l’arrivée, avant d’abandonner.

Victoire de la 919 n°2

C’est donc la Porsche 919 Hybrid n°2, celle de Timo Bernhard, Earl Bamber et Brendon Hartley qui s’est imposée malgré ses problèmes du début qui l’avaient reléguée à la 55e position après 5 heures de course. Une remontée extraordinaire, qui se conclut sur une 3e victoire consécutive de Porsche et qui permet au constructeur de conserver définitivement le trophée des 24 Heures du Mans. La troisième Toyota toujours en course, la n°8, termine deuxième de la catégorie, mais à la 9e place du général.

Deux LMP2 sur le podium

En LM P2, les Vaillante Rebellion n°13 et 31 se sont rapidement adjugé le contrôle de la catégorie en s’échangeant la première place au gré des arrêts au stand. Mais c’était sans compter sur la régularité de l’Oreca 07-Gibson n°38 de l’équipage Ho Ping Tung, Thomas Laurent et Oliver Jarvis : après avoir pris l’avantage sur l’Oreca 07-Gibson n°13 à la 16e heure de course, elle a profité de l’hécatombe des LMP1 pour finalement terminer à la 2e place au général. Deux LMP2 sur le podium, c’est du jamais vu dans l’histoire des 24 Heures du Mans.

Aston Martin l'emporte en GT Pro

Dans la catégorie LMGTE Pro, après un final épique face à la Chevrolet Corvette C7R n°63, c’est l’Aston Martin n°97 qui s’est imposée. En LMGTE Am, c’est la Ferrari 488 GTE n°84 qui a su imposer son rythme et creuser l’écart sur ses poursuivantes : elle finit cette 85e édition en tête, le podium de la catégorie étant entièrement occupé par des Ferrari.

Un peu moins de spectateurs

"Une fois encore, l’épreuve des 24 Heures du Mans s’est montrée à la hauteur du mythe. Cette 85e édition restera marquée par le spectacle intense sur la piste, le record de 19 victoires pour Porsche et l’énorme succès populaire, 258 500 personnes ayant fait le déplacement pour vivre la légende du Mans" conclut l’Automobile Club de l’Ouest. Fréquentation un peu plus faible qu'en 2016, où 263 500 billets avaient été vendus.