Au Mans, la cocaïne vient d’Amérique du Sud

17 February 2017
Par Jonathan Lateur
La préfecture vient de publier le bilan de la délinquance en Sarthe pour l’année 2016. L’usage de stupéfiants a encore augmenté dans le département. Le trafic porte sur le cannabis mais également la cocaïne. Une drogue dure directement importée d’Amérique du Sud.

La Sarthe a enregistré en 2016 une nouvelle hausse de la consommation de stupéfiants. La préfecture vient de publier le bilan de la délinquance pour l’année écoulée. On constate une progression de 25% concernant l’usage de drogues, 1085 faits ont été constatés par les forces de l’ordre, même si les infractions ont légèrement baissé par rapport à l’an dernier.

Cannabis et cocaïne

L’économie souterraine est toujours présente dans les quartiers, notamment en centre-ville du Mans et en zone de sécurité prioritaire. Le trafic porte sur du cannabis, mais également sur les drogues dures, notamment la cocaïne, directement importée d’Amérique du Sud, plus précisément de Guyane et du Surinam, et dans une moindre mesure, l’héroïne.

Des enquêtes compliquées

Pour démanteler les réseaux qui importent ces substances illicites, gendarmes et policiers multiplient les filatures mais se heurtent parfois à des difficultés opérationnelles : "Les suspects qui font l’objet d’écoutes téléphoniques parlent un dialecte créole, le taki-taki, très difficile à comprendre. Nous n’avons pas d’interprète pour traduire" reconnaît Guillaume Carabin, commissaire au Mans.

==