Condé-sur-Sarthe : 45 jours d’ITT pour le gardien agressé

09 février 2018
Par Emilien Borderie
Deux jours après ce que les syndicats qualifient de "tentative d’assassinat" sur un surveillant du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, le verdict médical s’alourdit à un mois et demi d’interruption temporaire de travail pour la victime.

L’agression "est encore dans tous les esprits" selon Emmanuel Guimaraes, représentant Force Ouvrière au centre pénitentiaire haute sécurité de Condé-sur-Sarthe : dans la matinée de ce mercredi 7 février, Romain, surveillant, a été pris pour cible par un détenu "qui a tenté à trois reprises de lui planter un stylo dans la gorge" explique le syndicaliste. L’auteur des coups, connu pour son comportement très agressif et transféré à ce titre dans l’établissement ornais, a été maîtrisé "par des collègues de la victime qui ont fait preuve d’un grand sang-froid et de beaucoup de professionnalisme" non sans avoir, selon FO, "verbalisé le fait qu’il voulait tuer un gardien".

De sept jours... à un mois et demi

Le surveillant, à la mâchoire fracturée, présentant de multiples hématomes et plusieurs contusions au niveau de la trachée et de la gorge, a immédiatement été conduit à l’hôpital d’Alençon où on lui a prescrit une semaine de repos complet. La victime ayant déposé plainte, un médecin légiste est intervenu "et ce dernier, au vu des blessures, lui a octroyé un mois et demi d’interruption temporaire de travail, en lieu et place des sept jours concédés initialement" révèle le syndicat ce vendredi 9 février. Face à des détenus aussi "dangereux" -ils ont plusieurs, hébergés dans l’établissement condéen-, FO réaffirme sa volonté de voir ses agents équipés d’outils de sécurité "différents", tels que le pistolet à impulsions électriques.