FNSEA : une éleveuse du haut Anjou comme présidente

28 mars 2017
Par Emilien Borderie
Elle l’est déjà, mais par intérim seulement, depuis le décès brutal de Xavier Beulin : Christiane Lambert, désignée présidente de la FNSEA en février dernier, devrait se voir confirmer dans cette fonction lors de l’élection programmée le 13 avril.

Seule candidate à ce poste, et plutôt appréciée de ses troupes, on voit mal ce qui pourrait conduire Christiane Lambert à ne pas être élue présidente de la FNSEA : le plus gros syndicat agricole de France se réunit en conseil d’administration le 13 avril pour voter et se projeter vers l’après Xavier Beulin. Réputée pour son franc-parler, Christiane Lambert deviendrait la première femme à prendre la tête de l’organisation. Et pas la moins qualifiée en matière de défense des intérêts de la profession : native du Cantal, elle qui s’est installée en 1989 dans le Maine-et-Loire, à Bouillé-Ménard, pour y exploiter un élevage de porcs, est simultanément devenue vice-présidente du centre cantonal des jeunes agriculteurs de Pouancé, puis du centre départemental et vice-présidente du centre régional pour l'Ouest et les Pays-de-la-Loire.

L'agriculture absente des débats

Christiane Lambert a réellement pris du galon en 1994 en accédant à la présidence du Centre national des jeunes agriculteurs. Entre 2001 et 2011, elle a été élue à la tête de la FDSEA du Maine-et-Loire. Sensible à la question écologique, de 1999 à 2005, l’éleveuse a présidé le Forum de l'agriculture raisonnée respectueuse de l'environnement, en 2002 et 2003, elle a compté parmi les membres de la Commission de la Charte de l'environnement. A peine nommée remplaçante de Xavier Beulin, Christiane Lambert, 56 ans, appelait les candidats à la présidentielle à sortir du bois : "L’agriculture a été absente des primaires de la droite et de la gauche, absente du débat aujourd’hui encore, or l’agriculture régresse, dérive !" lançait-elle.