Mort d'un chien : les eaux du Cher ont été analysées

10 août 2017
Par Emilien Borderie
Le 29 juillet, un chien mourait après s’être baigné dans les eaux du Cher. Les prélèvements effectués semblent incriminer des algues présentes dans la rivière.

Suite au décès d’un chien qui venait de se baigner dans la rivière à Selles-sur-Cher le samedi 29 juillet  2017, des prélèvements ont été réalisés : "Les résultats des analyses effectuées les 3 et 4 août à Selles-sur-Cher mais aussi à Montrichard ne font pas apparaître de concentration en cyanobactéries supérieures à la norme en vigueur et concluent à l’absence de toxines microcystines" fait savoir la préfecture de Loir-et-Cher ce mercredi 9 août.

Problème avec les "masses algales"

Toutefois, "les masses algales" également analysées à hauteur de Selles-sur-Cher présentent des teneurs importantes en cyanobactéries émettant une toxine neurologique qui, elle, "pourrait être à l’origine du décès de l’animal" précisent les services de l’Etat en soulignant que "l’autopsie ne permet pas de poser un diagnostic précis sur la cause de la mort mais décrit des lésions congestives du foie et du rein, liées à une intoxication par des toxines".

Pas d'arrêté préfectoral contre la baignade

Au regard des résultats issus des analyses de l’eau et des faibles concentrations en cyanobactéries, "la baignade et les activités nautiques dans les zones surveillées et autorisées ne présentent pas de risque sanitaire. Aucun arrêté préfectoral ne sera donc pris pour en interdire la pratique dans les zones de loisirs" conclut la préfecture. En dehors de ces zones, rappelons que la baignade dans le Cher est interdite depuis 1976.