Sept étoiles dans la constellation gastronomique du Loir-et-Cher

06 février 2018
Par Nicolas Terrien
En Loir-et-Cher, les six établissements dotés d’une étoile au guide Michelin ont conservé leur distinction dans l’édition 2018 du célèbre guide rouge. "Le Pertica" de Guillaume Foucault à Vendôme appartient à ce club très fermé...

Pas de nouvel étoilé, ni de rétrogradé... C’est donc le statu quo dans le palmarès 2018 du guide Michelin dévoilé ce lundi 5 février pour le Loir-et-Cher. Le département compte toujours un double-étoilé : "Le Domaine des Hauts de Loire" à Onzain avec Rémy Giraud aux fourneaux. Cinq établissements bénéficient d’une étoile, dont deux depuis plusieurs années : "L’Orangerie du Château" à Blois avec Jean-Marc Molveaux et le "Grand Hôtel du Lion d’Or" à Romorantin-Lanthenay tenu par Didier Clément. Les trois autres enseignes sont gérées par de jeunes chefs de très grand talent : Christophe Hay pour "La Maison d’à Côté" à Montlivault, Anthony et Fumiko Maubert pour "Assa" à Blois et Guillaume Foucault avec "Le Pertica" à Vendôme. Le Loir-et-Cher reste le département le plus étoilé du Centre-Val-de-Loire !

Tout le Perche dans l’assiette

Guillaume Foucault a décroché son étoile l’an dernier : "Nous avons pu remarquer une hausse de notre chiffre d’affaires assez importante" explique le jeune chef installé à Vendôme depuis juillet 2013. Les établissements triplement étoilés lui ont justement permis de fourbir les armes qui lui valent une confiance renouvelée de la part du guide rouge : "Nous avons beaucoup de clients issus de toute la France qui ont pu découvrir notre cuisine, mais aussi beaucoup de locaux", d’autant que Guillaume Foucault voue une passion immodérée pour les productions percheronnes, jusqu’à s’impliquer lui-même dans la structuration des filières agricoles locales !

Et des projets plein la tête

"Cette étoile me donne les outils qui me permettent d’avancer comme je le souhaite, et pour aller toujours plus loin" poursuit le jeune chef qui envisage un projet de relocalisation. Le restaurant de la place de la République à Vendôme est en effet bien petit, mais Guillaume Foucault préfère rester encore discret sur le sujet. Et pourquoi pas avec une deuxième étoile ? "Cela dépendra en partie de nous, mais pas seulement. De toute façon, la meilleure façon de garder la première étoile, c’est de viser la deuxième !".