Info Loir-Et-Cher

Versailles plutôt que Lamotte-Beuvron pour les JO 2024

23 juillet 2018 à 21h56 Par Nicolas Terrien
Une confirmation plus qu’une annonce pour la ministre Laura Flessel, en visite ce lundi 23 juillet sur les installations du parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron : les épreuves organisées dans le cadre des Jeux olympiques de 2024 n'auront pas lieu dans le Loir-et-Cher... mais à Versailles.

Les épreuves équestres olympiques et paralympiques de Paris 2024 se dérouleront à Versailles. En venant à Lamotte-Beuvron en cet après-midi du lundi 23 juillet, la ministre des Sports Laura Flessel se savait attendue sur le sujet. Elle a indiqué que le parc équestre fédéral servirait bien de base arrière, autrement dit de lieu d’entraînement ou de repos pour les délégations équestres internationales. Au final, Laura Flessel n’a fait que confirmer ce qu’avait déjà décidé le comité d’organisation des JO de 2024 présidé par Tony Estanguet. Une décision qui semble définitive cette fois.

"L’optimisme" de Pascal Bioulac

Le maire de Lamotte-Beuvron en prend acte à l’issue de cette visite : "Je ne suis pas surpris, mais nous sommes tenaces. A nous de défendre notre candidature raisonnable et moins coûteuse". De l’ordre de 15 millions d'euros selon Pascal Bioulac, contre 27 avancés par le comité d’organisation des JO pour Versailles. "Dans une configuration presque identique, ça avait réellement coûté 120 millions de livres pour Londres en 2012", autrement dit, Lamotte, c’est dix fois moins cher ! De quoi influer sur une réorientation du choix ? "Je reste optimiste, et d’ici 2024, Laura Flessel ne sera plus ministre, et moi-même plus maire..."

Une base de repli en Sologne ?

Quand on demande à Pascal Bioulac ce qu’il pense de l’accueil de la base arrière des épreuves équestres, la réponse est cinglante : "On s’en fout !"... C’est le mérite d’une affirmation claire... "En juillet à Lamotte, nous avons déjà le Generali Open de France avec 150 000 visiteurs, alors vous savez, les bases arrières...". Pas question d’abandonner l’idée d’accueillir des épreuves pour l’édile, soutenu dans sa démarche par tous les élus du Loir-et-Cher qui fondent de grandes espérances en termes de retombées pour le territoire.

Des milliers de cavaliers en Sologne

Le site de Lamotte-Beuvron accueille en ce moment pas moins de 15 000 cavaliers et 25 000 visiteurs en moyenne par jour dans le cadre de l’Open des clubs. Un moment stratégique qui a permis à la ministre d’apprécier la qualité des lieux, et d’entrevoir le rôle qu’ils pourraient avoir lors des Jeux olympiques de Paris 2024. Laura Flessel est d’ailleurs allée à la rencontre des cavaliers participants aux épreuves du jour : "C’est une réelle opportunité pour la fédération d’avoir ce très beau site" a-t-elle déclaré, ajoutant que "l’objectif est de pérenniser ces sites sportifs pour valoriser le savoir-faire français". Mais de là à y organiser des épreuves olympiques...